samedi 1 novembre 2014

Montolivo

Montolivo, mini-chat sauvage apprivoisée

Mon mini-chat est morte cette nuit. En rentrant de Prague mardi soir, je l'ai trouvée toute légère. On l'a rentrée à la maison, soignée, mais tout est allé très vite. J'ai dormi cette nuit, la sachant endormie sur le fauteuil de ma chambre. Et j'ai été réveillée en sursaut par la chouette vers deux-trois heures du matin. J'ai d'abord cru à son miaulement avant de m'apercevoir que c'était l'oiseau dehors. J'ai failli me lever pour vérifier qu'elle était toujours sur son fauteuil, mais je ne l'ai pas fait. Je me suis rendormie et j'ai fait une succession de rêves dans lesquels elle mangeait à nouveau. Tôt ce matin, je ne l'ai pas trouvée dans la chambre. Ni dans la cuisine. Ni dans le salon.

Elle était déjà partie. J'ai mal à la tête d'avoir tant pleuré.

Je me rappelle lorsque je lui ai donné son prénom. Je croyais que c'était un mâle, je l'ai appelé Montolivo. Je me souviens m'être dit "c'est dommage, je ne pourrais jamais la porter". Car notre première rencontre fut houleuse: petit chat sauvage arrivée un matin avec son frère, sa soeur et sa mère, elle n'avait pas appréciée qu'on la bloque dans un buisson pour lui donner un médicament, elle qui était enrhumée. Cela m'avait valu une morsure et quelques griffures. La méfiance a duré un moment, jusqu'à ce qu'un matin, tout à coup, elle vienne vers moi en miaulant. Elle avait apparemment décidé que nous étions digne d'une rencontre formelle. C'était il y a plus d'un an.

Petit à petit elle s'est habituée à l'intérieur de la maison, avec quelques ratés comme la fois où elle a fait une crotte dans la poêle qui était restée sur la gazinière. Et au fur et à mesure elle s'est laissée apprivoiser. A la fin de l'été, lorsque l'on a déménagé, on était déjà devenue amies.

Sans m'en rendre compte j'ai établi avec elle une relation similaire d'avec Astrée, mon mini-chat mort en novembre 2011. Il me semblait la comprendre, elle aimait être avec moi et moi avec elle. Je connaissais ses planques dehors et lorsque l'on passait près d'elle, elle ne manquait pas de nous miauler un "coucou". Je crois que c'est ce qui va me faire le plus bizarre; ne plus aller la chercher pour lui dire bonjour le matin ou la saluer lorsque je rentre après plusieurs jours passés ailleurs. Mais j'espère me souvenir toujours de son regard vert pétillant.

CAM00094

Posté par ElanorLaBelle à 02:40 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [4] - Permalien [#]
Tags :

Bavardages sur Montolivo

    Toutes mes condoléances et ma sympathie...

    Posté par Shermane, samedi 1 novembre 2014 à 08:51 PM | | Répondre
    • Merci. Merci.
      C'est encore un peu frais, je suis encore au bord des larmes lorsque j'y pense. Le temps a tourné au mauvais, il vente désormais. Comme si il s'était mis au diapason de mon humeur...

      Posté par ElanorLaBelle, samedi 1 novembre 2014 à 09:27 PM | | Répondre
  • Je ne peux qu'imaginer, j'ai 2 bouts de chou depuis cet été - pour la première fois de ma vie - et j'imagine souvent le pire.
    La saison froide commence donc bon courage pour ne pas déprimer.

    Posté par Shermane, samedi 1 novembre 2014 à 10:50 PM | | Répondre
    • C'est pour tous ces moments joyeux que ça me fait un tel coup. Profites, c'est une vraie source de bonheur

      Posté par ElanorLaBelle, dimanche 2 novembre 2014 à 06:09 PM | | Répondre
Nouveau commentaire