mardi 18 octobre 2016

Sentier de la forêt entre jour et nuit

Après une semaine quasi complète à rester au chaud pour cause de gros rhume, j'avais une grosse envie de balade forestière. Alors j'ai pioché dans mes réserves d'idées de randonnées et j'ai opté pour Belle-Isle-en-Terre et ses forêts de Coat an Noz et Coat an Hay. Mercredi dernier donc, j'ai entrepris ces 10km avec mes parents et une semaine plus tard je suis toujours rêveuse de cette excellente sortie.

***

M'étant trompée de route, on a débuté la balade à partir du château dans lequel a vécu Lady Mond, vous savez ce personnage qui me fascine. Je n'étais pas venue depuis quelques années maintenant et j'ai donc pu constater que les rénovations (en cours) du château sont assez impressionnantes. Pour rejoindre le départ du circuit, on emprunte donc une partie du sentier botanique, où nous faisons notamment connaissance avec la luzule, plante sociale (ce qui fera bien rire mon père tout au long du parcours) ainsi qu'une large partie du circuit sidérurgique, le site ayant abrité des mines et des forges entre les 18e et 19e siècle. A l'entrée des mines de Toul Lutun, je frissonne à l'idée de ces ouvriers qui descendaient là travailler là tous les matins.

La suite du parcours est essentiellement en sous-bois et je passe donc une bonne partie du temps à m'extasier devant ces hauts arbres - j'ai plus souvent la tête levée vers le ciel que vers le sol. Pourtant, la forêt nous a réservé pleins de couleurs en bas sous la forme de diverses variétés de champignons: mon coeur s'emballe (on est en automne!) et mon appareil photo ne chôme pas. Je croise un gourmand scarabée mais aussi le crâne d'un cervidé. Puis on traverse la forêt de hêtres, un de mes arbres préférés*, une forêt dans laquelle le temps semble s'être arrêté: la mousse est omniprésente et recouvre de nombreuses branches, donnant un coté irréel et un peu magique à l'ensemble. On imagine qu'une sorcière habite ici et qu'elle a enchanté les lieux. On fini par en ressortir et par rejoindre brièvement les bords du Léguer ainsi que l'étonnant Rocher du Corbeau (que je n'ai pas réussi à prendre en photo) un massif mur rocheux couvert de luzules sur sa partie basse. La balade se termine avec des arbres, quelques côtes et enfin une petite partie de sentiers goudronnés qui nous donnera une vue imprenable sur le secteur, vallonné et boisé à souhait. Le haut du château s'esquisse à travers les arbres: retour au point de départ!

* Enfant, j'aimais les chênes, sans doute parce que c'étaient les seuls arbres que je pouvais identifier. Puis est arrivé mon amour pour les faînes à la fois car j'aimais en manger mais aussi parce que je trouve ce qui les protège particulièrement élégant: j'en ramasse chaque années car j'aime cet espèce de trèfle marron et tout doux. De fait, les hêtres sont venus se ranger dans mes arbres préférés.

Note pratique: le dénivelé est moins important que ce que laissait présager le feuillet de visite, j'ai eu davantage l'impression de marcher sur du plat, hormis à quelques endroits, et les 10km on été engloutis sans s'en rendre compte (d'ailleurs on a mis 3h30 en comptant le quart d'heure aller et le quart d'heure retour jusqu'à la voiture, garée hors circuit, soit 3h au lieu des 4h notées sur la plaquette). Coté balisage, c'est plutôt pas mal même si la carte que j'avais imprimée est super pratique car carrément lisible.

La tête en l'air

Entrée de mines Réservoir

Troncs Champignons

Crâne

Un ciel bleu Feuillages

Champignons Champignons

Le scarabée gourmand

Dans la forêt Dans la forêt

Champignons Arbres de la sorcière

En bas du rocher au corbeau Arbres de la sorcière

Un champs incongru après la verdure

Soleil à l'ouest Le toit du château


Bavardages sur Sentier de la forêt entre jour et nuit

Nouveau commentaire