vendredi 3 février 2017

Accomplir des choses du quotidien

Source: Pixabay

Le constat

J'ai sur mon bureau une pile de documents que j'appelle ma "Pile à faire". C'est en fait des choses très diverses - livres, feuillets, carnets, magazines, matériel de dessin - qui doivent être traités, si je peux appeler ça ainsi. Par exemple, il y a mon mémoire de master que je voudrais relire pour en extraire les éléments intéressants et les re-développer à la lumière des recherches récentes dans le domaine (en 7 ans, la bibliographie s'est nettement étoffée sur la place des femmes dans l'Histoire de l'art). Il y a aussi cette dernière saison en collage à faire - une idée entamée il y a maintenant près de 5 ans, ou encore ces extraits de bouquins que j'aimerais noter quelque part. Ma "Pile à faire" ne se réduit pas, au contraire.

Sur le même bureau mais à l'opposé, j'ai un plateau rempli de brochures culturelles que j'ai récupérées et, c'est là que ça se corse, de mes brouillons d'idées. Là encore, ça déborde.

Ma pile de livres à lire est toujours aussi importante, je frôle le retard sur mon journal perso 2017, le blog regorge de billets à moitié écrits et ma correspondance laisse franchement à désirer.

Bref, si dans les obligations de la vie quotidienne je suis okay, lorsqu'il est question de loisirs et d'activités annexes, j'ai atteint un niveau de procrastination très élevé. C'est dans un cadre non-vital, donc ça pourrait passer. Seulement voilà, si je suis le genre de fille qui est très souvent feignante, qui remet très souvent tout au lendemain, je suis aussi celle qui est plutôt malheureuse lorsqu'elle passe une journée à traîner et à ne rien faire.

Les faits

Me poser, physiquement ou intellectuellement a toujours été problématique. Enfant, j'avais déjà cette tendance à aller à droite à gauche, à réfléchir à ceci à cela, à faire un truc et son contraire. Le monde d'aujourd'hui, toujours plus rapide, toujours plus dans l'intantanéité et l'efficacité, ne m'a évidemment pas aidée. La patience n'a jamais été une de mes qualités et même si je suis une piètre sportive et une réelle pantouflarde, le mouvement est très important pour moi. Il existe donc un véritable paradoxe : comment concilier cette fainéantise avec ce besoin quasi vital de nouveauté et d'action?

Pendant un temps, écrire sur le blog satisfaisait ce besoin d'activité – du moins cérébrale. Mais actuellement, même à ce niveau ça bloque. Certes, le fait de ne pas avoir d'ordinateur personnel joue énormément là-dessus, j'en suis convaincue. Mais plus en profondeur, je n'arrive plus à me booster pour prendre le temps de développer ces notes éparpillées en billets plus structurés. Au niveau manuscrit, s'il y a un léger mieux (j'ai réussi à tenir un journal du quotidien durant le mois, j'espère que je tiendrais plus longtemps que l'année dernière) ce n'est pas ça non plus Globalement, garder le cap, trouver la volonté de se poser pour commencer quelque chose demeure ma préoccupation majeure en ce début d'année.

Prenons l'exemple du récent swap "Voyage dans le temps" auquel j'ai participé. Décembre n'était clairement pas un mois où j'ai eu du temps. OK. J'ai eu la mauvaise surprise de voir que la boutique où je comptais trouver des objets était fermée durant le mois de Janvier. Re-OK. Mais à coté j'avais une idée très précise de comment je voulais organiser ça. Est-ce-que j'ai pris le temps de le faire ? Non. Est-ce-que j'ai attendu le dernier moment pour m'y mettre ? Non, je m'y suis prise encore après! Pour au final, un jour, ne pas voir le temps passer à tenter de donner vie à ce que j'avais en tête.

Une bonne partie du souci est là: j'ai un réel problème de mouvement d'action. Une fois que je suis dedans, souvent, je ne compte plus les minutes, les heures. Bien sûr, quelque soit mon activité, j'ai un carnet à proximité pour évacuer les idées parasites qui n'ont rien à voir. On ne se refait pas. Mais une fois lancée, en général, je m'implique.

La solution ?

J'ai décidé de jouer avec mes qualités et mes défauts pour prendre le contre-pied. J'aime l'organisation ? J'ai mis en place un système à trois cahiers: un journal perso censé être beau, un fourre-tout agenda/notes/planning/à faire qui me suit partout, un brouillon où je notes mes idées à développer. J'aime les statistiques et les classements ? Je prends note des films vus, des livres lus, des km parcourus. Mon attention est limitée ? Je privilégie les lectures courtes. Je suis une fainéante ? J'ai pour l'instant la possibilité d'organiser mon temps alors autant en profiter pour débuter des activités au moment où je sais que je suis la plus énergique (pour moi entre 10h et 14h, puis entre 18h et le repas du soir) et laisser le reste du temps aux activités qui demandent peu de volonté/peu d'investissement. On verra déjà d'ici la fin du mois de février s'il y a du mieux. Bien entendu, je suis preneuse si vous avez des idées pour booster ma volonté!

Ce billet est la tentative de mettre des mots et de structurer certaines choses que je ressens. Il y a sans doute des contradictions et des approximations, mais c'est encore la meilleure solution que j'ai trouvée pour prendre du recul sur certains aspects de ma vie que de tenter d'y voir plus clair.

Posté par ElanorLaBelle à 06:10 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [2] - Permalien [#]
Tags :

Bavardages sur Accomplir des choses du quotidien

    En tout cas, dans le peu de temps que tu t'es donné, ton swap est impressionnant ! Je me suis promis d'arrêter les comparaisons stériles mais j'ai bien honte du mien !

    Sinon, pour ton « problème », je ne me rends peut-être pas compte de tous les paramètres, mais je ne vois rien d'inquiétant : la créativité ne se commande pas, ça me semble normal d'avoir plein de projets en cours et de ne pas être productif comme pour de bêtes obligations du quotidien.

    Après, pour rationnaliser ça, pourquoi ne pas estimer le temps que te prendra chaque activité (ou du moins, le temps que tu souhaites lui consacrer), en définir 2-3 pour chaque mois/trimestre, et les alterner à tour de rôle pour ne pas te lasser ? Ça te donnerait un cadre où t'exprimer tout en avançant un peu ? Ou alors, si ça marche avec toi, prévois des récompenses/carottes (un PC perso ?).

    Posté par Shermane, samedi 4 février 2017 à 08:13 PM | | Répondre
    • Le problème est un effet de procrastination généralisé. Certes, j'arrive encore à remplir mes vraies obligations dans les temps. Mais ce qui m'inquiète plus c'est que dans ma situation actuelle, à savoir être encore et toujours dans un flou à à peu près tous les niveaux, il faudrait que j'arrive à faire les choses que pour l'instant je reporte, ne serais-ce que pour faire un tri entre essentiel et secondaire, pour tenter d'aller dans une direction.

      Posté par ElanorLaBelle, lundi 6 février 2017 à 12:03 PM | | Répondre
Nouveau commentaire