Confidences autour d'un thé... (ou d'un café)



mercredi 19 juillet 2017

Dans mon jardin / Juin 2017

Il a fait très beau en ce mois de transition entre printemps et été. Beaucoup de chaudes journées propices à des lectures au soleil, quelques gouttes de pluie bienvenues pour donner un peu de peps à la végétation. Une nouvelle routine alimentaire pour les chats - les retrouver le soir à coté de l'arbre à attendre sagement les croquettes agrémentées de quelques cuillères de pâtée pour chats (c'est tout de suite bien meilleur ;) Des touches de couleurs au milieu du vert, des figues bien précoces, des cerises et pleins de framboises.

 Juin (5)

Juin (3) Juin (10)

Juin (8) Juin (2)

Juin (7)

Juin (4)

Juin (1)

Juin (6) Juin (9)

Posté par ElanorLaBelle à 10:06 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [1]
Tags : , , , ,

vendredi 14 juillet 2017

Les charmants / Juin 2017

Juin

(sans ordre de préférence)

06

Randonner à Jersey entre frères et soeurs. Une journée de franc beau temps, une journée grise puis pluvieuse, de bons fous rires (beaucoup évoquer Dinotopia), de la marche, j'ai été très agréablement surprise par Jersey en fait. Tellement qu'on envisage de se refaire deux jours là-bas dès que possible.

Filer acheter le tome 3 de La Passe-Miroir chez un libraire à 1/4 de la fermeture en prévision d'une journée pluvieuse, être un peu déçue (la critique de Armalite résume très bien mon ressenti) mais j'ai tout de même adoré la fin du livre.

Comme c'était vraiment long au travail, se donner des défis dessins pour passer le temps, soit développer sur une feuille A4 l'imaginaire haut en couleur de l'autre (extrait du premier dessin: un chien sur le dos d'un dragon qui crache du feu sur le donjon d'un château où deux femmes, la châtelaine et sa servante, se marient (...) sur une île en contrebas, un village brûle mais batman vient les sauver (...))

Barbotter dans la mer après une journée de travail dans un cadre idyllique, avec une eau transparente et fraîche comme il faut, peu de baigneurs et une température extérieure chaude mais pas suffocante. Divin.

Adopter une peluche mouton en provenance d'Irlande (Ellen) et un ourson en provenance de Jersey (Henry)

Faire ma première baignade de l'année dans une eau bien fraîche mais avec de belles vagues. Je n'irai pas dire que je suis rentrée dedans super rapidement, mais c'est vrai que je m'attendais à bien pire: finalement elle n'était pas aussi glaciale que je le pensais et j'ai vite pris plaisir à sauter dans les rouleaux.

Enchaîner les couchers de soleil sur la plage, avec ma soeur en revenant de Rennes puis quelques jours plus tard avec A., des bières et des pizzas. Même pas besoin d'avoir une triple couche de vêtements pour affronter une fraîcheur de fin de journée - je pouvais même me mettre les pieds nus dans le sable et c'était super agréable.

Aller à Art Rock en express avec A., trouver que La Femme est un groupe horrible (et passer le temps du concert à critiquer les membres du groupe) mais vraiment apprécier la prestation de The Kills.

Visiter l'Ecomusée de Plouigneau en famille, tomber en amour devant de jolies coiffes et se prendre pour une coiffeuse alors que ma mère se découvre gérante de bar :)

Mais aussi, manger un délicieux tiramisu (durant une soirée un brin étrange), réussir à laisser pousser mes ongles de pieds (détail pas glamour mais satisfaction personnelle, il faut le dire), danser ma première danse bretonne de la saison à la fête de la musique et penser très fort à Mamzelle'M en voyant une fanfare, songer à lui envoyer un "Papapapapapoule" par SMS mais recevoir plus rapidement son propre SMS au contenu identique, aller voir Wonder Woman dès le jour de sa sortie munie d'un diadème récupéré à McDo, faire des séries de situations Diana Prince avec A. au photomaton, et tournoyer au travail habillée de bleu et rouge.

✿✿✿

Et pour la touche réalité, parce qu'il y a des moments où ça va moins bien: enfin retrouver le chargeur de mon ordinateur portable et penser "c'est bon, je vais récupérer un ordinateur" mais très vite déchanter et comprendre que non, petit Léon Marek ne va sans doute pas redémarrer, perdre à nouveau la voiture pour à nouveau une histoire de démarrage, qui cette fois s'est conclue rapidement (= c'était l'alternateur), découvrir mon planning de l'été et avoir peur du fait de ne pas pouvoir bouger, ce moment où tu essayes toute ta garde robe pour t'apercevoir que si tu rentres dans tout tu ne te trouves jolie dans rien, prendre un costaud coup de soleil sur le haut du dos et prier pour a) ne pas trop souffrir, b) que ça s'estompe rapidement, en avoir malgré tout un peu marre de l'ambiance estivale qui dure depuis le mois de Mai, regretter le printemps et vouloir - déjà - une journée d'automne, commencer enfin La petite boulangerie du bout du Monde que je me réservais pour les chaudes journées estivales et être affreusement déçue par le style (est-ce la traduction le problème ?)

samedi 10 juin 2017

Les charmants / Mai 2017

Mai

(sans ordre de préférence)

mai bilan1

Comme chaque mois, apprécier de retrouver Rennes. Pause goûter avec P., dîner avec Mamzelle'M et sa soeur, passage au Thabor, boire une bière aux fruits rouges faite par des amis de mon frère (pourtant je n'aime pas les bières aromatisées, mais celle-ci avait un goût de framboise sans avoir ce coté sucré écoeurant)

Voir le premier épisode de Jamestown. Un point de départ intéressant mais un scénario qui semble un peu creux. Malgré tout, accrocher et attendre l'épisode suivant. Peut-être que c'est parce que ça se passe au début du 17e siècle en Virginie et que je venais de finir un roman se passant dans un état voisin un siècle et demi plus tard ? A voir la suite.

Soirée David avec A., soit Prométheus suivi d'une avant-première d'Alien Covenant. Des bonhommes un peu bizarre devant (étirer ses cheveux ou regarder son portable en l'air au milieu de la séance, comment dire...) mais de gros fous rire durant le premier film et des rires nerveux teintés de malaise durant le second.

Apprécier d'utiliser les cloches du village pour savoir l'heure qu'il est, plutôt qu'une montre ou un téléphone portable durant cette semaine où je m'occupais des animaux.

Récupérer la liste de course jumelle de celle que j'avais trouvée le mois précédent. Une liste de course déjà assez étonnante par sa forme mais qui a pris une nouvelle dimension lorsque sa jumelle a été trouvée au sol près de la même caisse de supermarché. Sans doute les meilleures pièces de notre collection.

Faire découvrir le château de Tonquédec à mon oncle et à mon frère. Passer un très bon moment dans cet espace rempli de vieilles pierres, de pâquerettes et de petites biquettes (et apprendre ce même jour la terminologie "effet nocebo")

Le retour des apéros à la faveur de ces chaudes journées de la fin du mois. Se poser à la table du jardin à huit heures du soir sans avoir besoin de mettre un pull ou un gilet, c'est quand même hyper plaisant.

Jouer au chouette jeu "Uchroniques" avec mon frère. S'éclater, notamment avec l'histoire de Pasteur: jouer à essayer de combattre les virus, puis voir les histoires alternatives complètement loufoques (aider le jeune Napoléon à gagner sa bataille de neige, nous a valu de bons fous rire aussi vu ma façon de gérer la défense ;)

Les pauses déjeuner sur la plage au soleil, les pieds dans le sable, la tête dans les romans, à essayer de réussir ce dur équilibre entre "être dans l'ombre pour ne pas cramer" et "être au soleil pour en profiter".

 

Mais aussi, orienter une dame anglophone à la recherche de "cream cheese" dans le rayon fromage du supermarché juste après avoir aidé une australienne à trouver son chemin sur une carte routière, récupérer ma voiture pour de vrai, réussir un même plat deux fois: carottes et pois chiche au lait de coco et au curry. A ajouter à ma (toute petite) base de donnée recettes de cuisine. Croiser des voitures de collection un matin lumineux en écoutant Monica Zetterlund. Ou comment commencer une journée de la meilleure manière qu'il soit.

✿✿✿

Et pour la touche réalité, parce qu'il y a des moments où ça va moins bien: regarder l'Eurovision sans ma soeurette (et c'est pas pareil), être déçue par Harlots, qui me tentait bien, mais qui n'est vraiment pas palpitante comme série, faire des rêves très pourris à base de mer et/ou de politique et/ou de fiançailles et/ou de travail - ou les quatre à la fois, le résultat négatif du concours de mon frère, les "surprises" du matin des chats (au choix: vomi au ptit dej ou souris morte devant la porte), la chaleur trop étouffante qui empêche de dormir.

lundi 5 juin 2017

Ma façon de lire

1olvasas1

Source

J'ai toujours aimé les livres. Parce qu'ils sont un moyen d'embarquer dans des aventures mais aussi parce qu'ils permettent d'apprendre, sur les autres et sur soi. Parce qu'ils peuvent être une bulle mais aussi un lien. Lorsque j'étais adolescente, je lisais énormément. J'étais ce qu'on peut appeler une dévoreuse de livres. J'engloutissais les pages d'un coup quitte à ne dormir que quelques heures. Puis sont arrivées, quasi simultanément, les années fac et la possibilité de regarder des séries sur les ordinateurs. J'ai découvert les bibliothèques universitaires et la nécessité de lire des livres de non-fiction, j'ai trouvé dans les séries tv une possibilité de s'évader merveilleuse. J'ai commencé à lire de manière saccadée - aux arrêts de bus, dans le train, j'ai aussi voulu sortir de ma zone de confort littéraire (historique - fantastique - romance) pour m'ouvrir à d'autres genres. En quittant la lectrice que j'étais adolescente, j'ai retrouvé un peu de celle que j'étais enfant qui trouvait dans les livres un moyen d'assouvir son besoin de connaissances. J'ai ainsi découvert beaucoup de choses, passés de bons moments mais au fur et à mesure, tout ça (et peut-être d'autres choses) a fait que j'ai perdu ma capacité à lire jusqu'à plus soif. Mon cerveau, déjà difficile à faire tenir en place enfant, est devenu ingérable et me poser durant plusieurs heures sans penser à autre chose que de plonger dans la fiction, quelque chose d'épisodique puis d'inexistant.

J'ai toujours eu ce pincement au coeur de ne plus lire beaucoup - de fictions tout du moins et de ne plus arriver à me fondre dans mon livre comme avant. J'ai gardé ancré en moi cette idée que lire par bouts ne permettait pas de vraiment se plonger dans l'action. C'est sans doute une des raisons qui fait que j'ai peu à peu lu plus de livres de non-fictions que de fiction. Je suis devenue une lectrice qui annote, qui peut passer plusieurs heures dans une bibliothèque à étudier un ouvrage mais qui peine lorsqu'il est question de roman, nouvelles ou BD. Enfin, c'est ce que je croyais, car mes récentes lectures m'ont démontrées que j'avais tort. Mai a été le mois où j'ai lu près de 3000 pages, soit 7 ouvrages - BD, fiction et non-fiction, ce qui est pour moi énorme. Mais au delà de ces chiffres, ça a surtout été un mois où j'ai réalisé que la lecture par chapitres permettait aussi de vivre sa lecture. Parce que j'ai commencé le mois avec un pavé de plus de 1000 pages, impossible à lire en une soirée, je me suis rendue compte que l'histoire restait quelque part dans mon esprit entre deux séances de lecture. J'ai fait la même chose avec les lectures suivante et même résultat. Mieux, j'arrive même à lire deux livres en parallèle - une fiction, La Passe-Miroir T3 et une non-fiction Femmes Pirates écumeuses des mers - et à être imprégnée tant par l'un que par l'autre.

Je ne sais pas si ce bon mouvement va perdurer, mais en attendant ça me met en joie :)

Posté par ElanorLaBelle à 09:18 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [0]
Tags : , , ,

dimanche 4 juin 2017

Dans mon jardin / Avril et Mai 2017

Avril, où les naissances continuent, où les fleurs font des concours de beauté, où les bourgeons se transforment et où dès que tu pars 24h tu t'émerveilles au retour "Qu'est-ce-que ça a poussé depuis hier matin !" Et arrive Mai, où les fleurs partagent la scène avec le vert. Où lorsque tu te poses sous un arbre tu n'entends que les oiseaux et le vent qui fait flotter les feuilles. Lorsque parfois la brume est présente le matin mais que l'après-midi le soleil est au rendez-vous. Où tu t'allonges sur la terrasse ou dans un transat pour lire et que tu regardes avec effarement tes jambes blanches fraîchement sorties de l'hiver. Où les gouttes de pluie se font rares et que le vert-bleu typique du mois de Mai te semble avoir été oublié au profit d'un vert irlandais qui a plus sa place au mois de Juin. Où tu aimes ouvrir ta fenêtre juste pour écouter le soir ou sentir une légère brise sur ton visage. Le printemps ♥

Avril 2017 (2)

Avril 2017 (3) Avril 2017 (5)

Avril 2017 (12) Avril 2017 (6)

Avril 2017 (7)

Avril 2017 (8) Avril 2017 (16)

Avril 2017 (9) Avril 2017 (10)

Avril 2017 (13) Avril 2017 (17)

Avril 2017 (15) Avril 2017 (21)

Avril 2017 (1) Avril 2017 (18)

Avril 2017 (11)

Avril 2017 (4) 2605201710238

Avril 2017 (19) 0805201710203

Avril 2017 (20)

Avril 2017 (14) Mai 2017

Mai 2017

Mai 2017 Mai 2017


mercredi 31 mai 2017

Habitudes, routine et adaptation

Ce billet, je l'avais à l'origine écrit après mon séjour à Dublin. Il résultait du constat que je me suis fait à la fin de mes vacances: au bout de trois jours, j'avais déjà commencé à prendre mes marques, à me repérer dans l'espace urbain, à choisir telle rue plutôt qu'une autre. Après l'expérience Dublinoise de décembre, j'ai réalisé que je faisais la même chose à Rennes, que depuis que mon frère habitait dans ce nouvel appartement j'empruntais instinctivement de nouvelles routes, pas forcément les plus évidentes/simples/rapides, mais les plus à propos.

Beach-Shore-Sea-Bike-Bicycle-Sand-Ocean-Benches-1835036

(source)

A la question "quelles sont vos qualités ?" le fait que je m'adapte facilement revient souvent. Certes, coté adaptation sociale il y a encore du boulot, je ne suis pas quelqu'un d'extraverti, je ne vais pas vraiment vers les gens et j'observe beaucoup. Parler en face à face n'est pas un problème, étrangement, je n'ai jamais été quelqu'un de particulièrement méfiant et ma bouche a cette tendance à déverser son flot de paroles diverses un peu trop rapidement au goût de mon cerveau. Je suis la spécialiste pour raconter ma vie en long et en large à des gens que je viens de rencontrer, pour peu que j'ai cette sensation de "cerner le personnage", ce qui arrive très souvent (disons 90% du temps. Les 10% restants, c'est le contraire, c'est un peu langue de bois durant un sacré bout de temps jusqu'à ce qu'un jour, à la faveur d'une parole heureuse ou d'un détail qui parfois m'échappe, boum! c'est bon). En revanche, j'ai encore du mal à m'imposer verbalement dans un groupe de plus de 3 personnes, je ne maîtrise pas du tout les codes de sociabilité de base lorsque je me retrouve dans un lieu de rassemblement, bref, de ce coté là, l'adaptation c'est pas encore ça (mais j'y travaille)(tout comme à construire ma capacité à envoyer des piques pleines d'esprit, à développer des contre-arguments ou à montrer ma colère/maîtriser mes émotions un peu trop présentes)

Mais coté adaptation à un nouveau cadre, je suis opérationnelle. La semaine dernière, mes parents sont partis une semaine et j'avais la charge de m'occuper des animaux. J'ai vite pris un pli. Deux jours plus tard, j'avais ma routine: savoir à quelle heure se lever pour être efficace, gérer l'ordre des animaux pour maximiser mon temps, faire certains gestes machinalement, prendre certains chemins plutôt que d'autres, rentrer une première vague d'animaux après le travail puis prendre l'apéro, bouquiner au soleil, m'occuper du reste et faire à manger. J'étais épuisée, j'ai un peu pesté, mais au fond de moi, il faut l'avouer, j'étais satisfaite que l'agencement fonctionne et ça m'a fait tout bizarre lorsque mes parents sont rentrés.

Un quotidien, je me le créer très rapidement. C'est sans doute une des raisons pour laquelle le changement m'électrise et en même temps me fait peur. Cette chose nouvelle qui m'attend, je n'imagine pas ne pas l'apprivoiser. Au fond de moi, même si je ne me l'avoue pas toujours, je sais que je m'adapterais, que j'en tirerais forcément du positif. Mais plus les années passent, plus je deviens consciente que ça se fait parfois au détriment de mon corps et de mon esprit. Ces nouvelles habitudes, le plus souvent, elles font sens d'une manière ou d'une autre. Mais parfois je m'épuise sans m'en rendre compte, je tente de maîtriser les choses autour de moi, de construire un nouvel environnement de vie et finalement c'est à l'intérieur que ça se fissure. Alors je suis devenue vigilante, j'apprends tout doucement à assumer mes "non". Je passe à coté de belles choses sans doute; la frontière entre peur et raison est très mince.

Mais après tout, refuser une voie c'est en choisir une autre et on se construit de toutes les expériences, non ?

Posté par ElanorLaBelle à 05:39 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [0]
Tags :

jeudi 11 mai 2017

Les charmants / Avril 2017

Un mois très routinier où les bon moments n'étaient pas très originaux, ni variés mais néanmoins nombreux.

Avril

(sans ordre de préférence)

avril

 

Le retour de ma soeur pour les vacances et donc le début officiel de la saison rando! En plus du Tro Plistin (30 km), des balades plus courtes (7-10 km) ont donc été au programme.

(Très) (Trop ?) Courte escapade à Rennes. Une petite journée remplie d'habitudes qui font du bien: éclair au chocolat, La Belle et la Bête au cinéma avec mon frère, un passage à la bibliothèque et au Thabor - en fleurs.

Rester au soleil, même s'il faisait encore un peu frais lorsqu'on se retrouvait à l'ombre.

On prend les même et on recommence, le début de mon contrat saisonnier, donc des pauses déj, donc de la lecture face à la mer.

Le Tro Plistin 2017. Pour la quatrième année consécutive, randonnée à la journée autour de Plestin-les-Grèves. A nouveau il faisait beau et on était entre frères et soeurs.

(Enfin!) voir la saison 6 de Call the Midwife et ne pas être déçue. Une bonne saison malgré quelques moments un peu durs. J'apprécie vraiment cette série et je suis toujours aussi étonnée de voir que je ne m'en lasse pas alors que le casting change quasiment à chaque saison et que la trame de base n'est pas remplie de gros rebondissements. D'ailleurs, c'est toujours un peu délicat de "vendre" cette série parce que dire "alors c'est l'histoire de sage-femmes dans le Londres populaire des années 50-60" c'est pas hyper palpitant. Pourtant, c'est à mon sens une des meilleures créations de ces dernières années parce qu'elle aborde pleins de sujets de société sans effets tape à l'oeil et qu'il y a un réel effet d'empathie entre les personnages/les situations et le spectateur.

Les gardiens de la galaxie 2. Un scénario prévisible mais carrément efficace, avec toujours une très chouette bande-son (♥ The Chain ♥) et plusieurs occasions de sourire voir de franchement rire (Ego, Drax)

La chasse au trésor de Pâques organisée par ma soeur, soit deux bonnes heures à errer en quête des différents indices, suivis par ma soeur qui voulait immortaliser le moment en faisant un "reportage photo". Heureusement, il faisait beau!

Manger. Bien manger. Trop manger. Avoir la famille réunie, ça veut aussi dire, outre regarder Poséidon sur grand écran, que pleins de plats délicieux ont été préparés et que tout ça a été arrosé de bon vin et de jus de pommes. Mon tour de taille ne dit pas merci à ce mois d'Avril, mon palais lui plutôt.

Mais aussi, un combo amis - crêperie - photomaton - ciné (que dire de plus ?), enfin manger une tarte aux asperges, inscrire ma soeur à la bibliothèque du coin pour que je puisse enfin emprunter des livres près de chez moi (du coup, j'ai deux fois plus de choix), aller voter avec conviction juste avant d'aller sur le marché une journée où il faisait très beau.

✿✿✿

Et pour la touche réalité, parce qu'il y a des moments où ça va moins bien: Procrastiner, ne pas réussir à trouver des tarifs abordables pour aller deux jours à Lyon (en Juin ? Cet été ?), une extinction de voix (ça ne m'était pas arrivée depuis des années), la violence de l'entre-deux tours que j'ai trouvée super flippante (combattre l'intolérance par l'intolérance, concept qui me dépasse), la césarienne en urgence d'une des brebis (et la mort de son petit)

Posté par ElanorLaBelle à 09:59 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [2]
Tags : , , ,

samedi 22 avril 2017

Voter

Depuis mon premier vote, qui correspond à une présidentielle justement, je n'ai jamais mis autant de temps à voir ma décision se cristalliser comme disent les instituts de sondages. Jamais je n'ai hésité jusqu'au bout comme ça. Jamais aussi, pour une élection présidentielle, je n'ai trouvé plusieurs candidats qui répondent quasi parfaitement à des critères que je trouve essentiels - l'écologie, la culture, l'éducation, la santé, notamment. Depuis une semaine je dis "je vote ces idées" puis  je change, je rechange, je re-rechange. Parce que mes idées principales sont représentées, je m'attarde sur les secondaires, sur les choses qui me chiffonne, sur l'indice de confiance que je donne à tel ou tel candidat au-delà du programme. Que (et qui) privilégier ? Ou mettre le curseur ? 

Jamais je n'ai été aussi incertaine mais demain je vais aller voter (et je sens que ça va être une looooongue journée que d'attendre de savoir à quelle sauce on va être mangés...)

IMG_2663

Source: Misterponce

 

Posté par ElanorLaBelle à 11:42 AM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [0]
Tags : ,

samedi 15 avril 2017

L'apocalypse selon Magda

L'apocalypse selon Magda, de C. Vollmer-Lo et C. Maurel, reprend une thémathique maintes fois exploitée mais que je trouve toujours aussi intéressante: que ferions-nous si on nous annonçait la fin du monde, notre mort assurée ? Que faire de ces derniers jours, semaines, mois ? Le questionnement est ici placé dans un cadre bien particulier: l'adolescence. Aux questions "classiques" s´en greffent ainsi d'autres: la transformation des corps, la découverte de la sexualité, le test des limites, l'affirmation en tant qu'individu... Je trouvais le sujet attirant, complexe, à fort potentiel.

Et j'ai été un peu déçue.

Globalement, j'ai trouvé cette bd inaboutie. Coté graphisme, rien à redire de particulier, je trouve qu'il s'accordait bien au propos. Peut-être un bémol au niveau du changement de saisons (l'histoire se déroule sur un an) que j'ai trouvé peu marquées visuellement mais dans l'ensemble c'était fluide et simple à lire. Au niveau du scénario et du découpage en revanche, j'ai trouvé ça beaucoup moins bien. Dans son ensemble, l'histoire m'a semblée pauvre. Pourtant, comme dit plus haut, le potentiel était là, mais rien à faire, alors que l'on traverse une année entière de la vie de Magda, j'ai eu l'impression de lire quelque chose de creux. J'ai eu beaucoup de mal à m'identifier à un personnage, ou même à ressentir une émotion. Que ce soit Magda, sa famille, ses amis, ses rencontres, etc. aucun ne m'est apparu comme réel. Plus j'avançais dans ma lecture, moins j'avais l'impression de suivre une histoire: l'ensemble aurait pu être résumé en moitié moins de planches (La bd fait 192 pages). Et puis, pour ne rien arranger, il m'est arrivée plusieurs fois de tourner une page, de lire deux cases puis de revenir en arrière comme si j'avais oublié une planche, comme s'il manquait des bouts.

Avis général: Un coup de crayon agréable et attirant mais un scénario convenu et poussif, 11/20

IMG_2611

Cette BD a été lue dans le cadre de l'opération La BD fait son festival organisée par Price minister.

 

Posté par ElanorLaBelle à 09:18 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [0]
Tags :

jeudi 13 avril 2017

Au trimestre hivernal / 2017

Ce trimestre, j'ai été submergée par cette sensation idiote qu'il fallait que je fasse tout, tout de suite (ou presque). Que je vive à nouveau à l'étranger quelques mois, que je fasse du travail contre logement, que je refasse une coloc dans une ville française, que je parte sur les traces de Mariana Starke à travers l'Europe, que je travaille dans un OT ou une bibliothèque... Tout s'est bousculé (et continue de le faire d'ailleurs) dans ma tête et je me suis retrouvée submergée par l'incertitude. Car j'ai réalisé que malgré tous les défauts que je trouve à ma vie actuelle, je suis finalement libre de faire ce que bon me semble et que les chemins sont divers. Mais cela implique de faire des choix, de refuser certaines voies pour en choisir une autre. Et en se basant sur quel critère ? Chaque possibilité satisfait une part de ce que je suis. Alors laquelle privilégier ? Bref, un trimestre de réflexion qui m'a tellement angoissée (en même temps c'est facile avec moi) que j'ai relégué dès que possible les potentiels choix à faire dans un recoin de mon esprit.

Bon et sinon, cet hiver ?

Trébeurden - Janvier 2017

Du coté du blog, désormais j'en suis sûre, je suis dans une phase où je questionne mon activité de blogging. Au delà des bilans (mensuels, trimestriels) et des comptes-rendus de randos/voyage, dont les publications parfois tardives sont à imputer à des problèmes logistiques, les autres thématiques (ciné, lectures, réflexions, etc.) sont peu ou pas représentées par a) manque de motivation, b) grosse flemme de rédiger. Ce qui m'emmène à me poser la question du « comment j'envisage Les confidences dans le futur ». J'ai entamé la création d'un blog/site parallèle qui devrait accueillir les différents « projets », artistiques, historiques, écrit, photographiques, qui me trottent en tête depuis des années. A voir. En revanche, c'est avec une certaine fierté que je peux dire que j'ai tenu le coup du coté de mes carnets! J'ai trouvé mon rythme entre celui qui regroupe pensées et gros objectifs que j'essaye de rendre le plus beau possible, celui qui fait office d'agenda, de mémo, de carnet de lecture que je tente de garder agréable à la vue sans trop de pression, et le troisième, celui pour les billets de blog qui est carrément un gros brouillon.

Cet hiver, j'ai testé par mal de restaurants/café/salons de thé, et j'ai pour la première fois vu la retransmission d'un ballet et d'un opéra au cinéma. Une expérience pas très réussie pour la version ballet (pourtant, c'était la Belle au bois dormant, un de mes contes préférés enfant) mais carrément concluante pour l'opéra ! J'ai aussi emprunté des BD sous format ebook à la bibliothèque (California Dreamin' et Les culottées, de P. Bagieu) et j'ai trouvé ça pas mal contrairement aux romans que je préfère décidément sur papier. De bons moments cinéma (ex: Miss Sloane, Lalaland, Lion), de beaucoup moins bons (ex: Jackie, Lego Batman, Split), des fou-rires entre amis (ex: La Grande muraille, 50 Nuances) et les autres (Logan, Les figures de l'ombre, Loving). Coté séries, l'ultime épisode de Ripper Street, que j'ai trouvé très bien fait, m'a mis le moral à zéro. J'ai eu un coup de coeur pour Anzac Girls et plutôt apprécié The Halcyon et This is Us.

J'ai fait des rêves étranges et parfois rigolos. J'ai par exemple rêvé que je me retrouvais coincée sur le pont d'un ferry avec un adorateur de E. Macron, un réel fanatique qui ouvrait de grands yeux lorsque je disais que je ne voulais pas voter pour "son" candidat et qui était tellement agressif que je commençais à craindre qu'il ne me jette par-dessus bord.

Rennes - Février 2017

Merveille! Alors que j'essaye depuis des années, j'ai enfin réussi à faire un joli trait de liner. Le hic, c'est que ce n'est pas MON liner et que ce n'est certainement pas une marque que je vais acheter dans un futur proche. Des idées de bon liner fin, bio et non testé ? Toujours dans la rubrique maquillage, je me suis offert un rouge à lèvres rouge que je n'arrive pas à porter. Le rouge à lèvres n'est décidément pas mon truc. Vraiment.

J'ai enfin récupéré ma Jackie, grosse joie mais aussi première grosse dépense de l'année (et il y a encore la vidange, le réservoir d'eau et le CT au mois de Juillet - sans compter d'autres choses à changer, même si ce n'est pas de première nécessité). Heureusement que j'ai repris le travail pour un contrat de quelques mois. On prend les mêmes et on recommence ! (ah oui et, la blague, l'OT qui me plaît bien et qui me répond par la négative à mes candidatures spontanées depuis des années, à choisi cette année précise pour me proposer un entretien alors que j'avais déjà trouvé quelque chose pour la période. Forcément. "Vie, je t'avoue que parfois tu as un coté un peu vicelard")

Prague - Mars 2017

Comme le temps était globalement sec, j'ai commencé à faire des balades autour de chez moi. Et puis aussi, mi-mars je suis retournée à Prague et c'était, c'était... Prague: beauté architecturale, sensation de bien-être, gâteaux, cafés, repos et mon amie J.! J'ai ainsi refait un long trajet en car/train, me suis rendue compte que "je n'avais plus vingt ans", que je n'étais plus aussi enthousiaste ni entraînée physiquement pour ces périples, mais que j'aimais toujours autant le fait de "vivre" le voyage autant que le séjour (sauf lorsque je suis revenue et que j'ai traversé la Champagne et que j'avais l'impression que ça n'en finissait pas ;) J'ai recommencé à m'ateler sérieusement à l'histoire d'Otilie & Co, c'était d'ailleurs une des raisons majeures de mon séjour à Prague. Je ne suis toujours pas convaincue de réussir à l'écrire un jour cette histoire, mais je veux certainement savoir ce qui va leur arriver à ces jeunes gens nés à la fin du XIXe siècle (c'est plutôt bon signe, non?). Coté accomplissement personnels, j'ai aussi réessayer le tricot et dessiné assez régulièrement.

Petit bilan chiffré non-exhaustifs de cet hiver,

Livres terminés : 5
Nouveaux livres dans ma bibli : 6, dont un Harlequin offert par une amie pour la St-Valentin 
Nouveaux DVD: 7
Films vus au cinéma : 12
Films vus ailleurs : 6
Séries TV: 4
Kilomètres parcourus en balades : 61 km (dont 8 en Rep. Tchèque)
Manger à l'ext. entre amis : 12
Frontières traversées : 4 (France<> Allemagne <> République-Tchèque)
Nouvelles robes : 3
Ecrire dans des cafés: 5 - tous à Prague!

L'hiver fut rude émotionnellement, mais finalement intéressant du coté des apports personnels (Persévérance, audace et métamorphose sont contentes). Avec le printemps qui est bien là, je rêve désormais de verdure, de balades, de découvertes (même à coté!), d'apéro au milieu des arbres, de lecture au soleil de fin de journée, de robes sans collants, de première baignade, d'expositions, d'arriver à écrire, d'accomplir des choses, de manger des repas sains, de passer du temps avec mes amis et de me sentir satisfaite.

Posté par ElanorLaBelle à 11:20 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [2]
Tags : ,