samedi 25 juillet 2015

Avant-première: Nos Futurs

567868

Lorsque j'ai su qu'il y allait avoir une avant-première du nouveau film de Rémi Bezançon, Nos futurs, j'ai tout de suite voulu y aller. Le Premier jour du reste de ta vie, est sans hésitation l'un de mes films préférés, Ma vie en l'air n'est pas un film qui me déplaît et si je n'avais pas trouvé transcendant Un Heureux évènement il m'avait tout de même laissé une impression durable - un malaise suffisamment présent pour que je le considère comme un film réussi. Ajouté à cela que les deux acteurs principaux ne me déplaisaient pas (j'avais bien aimé Pierre Rochefort face à Louise Bourgoin dans Un beau dimanche)(et Pio Marmai face à la même Louise Bourgoin dans Un heureux évènement)(cherchez le point commun) c'était banco. J'avais quelques appréhensions il est vrai en regardant la bande-annonce qui annonçait quelque chose d'assez réchauffé. Mais l'enthousiasme d'un échange avec l'équipe du film et les "antécédents" du réalisateur l'emportèrent finalement sur mes réticences.

Du coup, alors même que j'avais un job jusqu'au vendredi midi, que je n'avais au départ aucun lieu pour loger, j'avais réservé mon billet. Au final, ça s'est très bien goupillé et j'étais à 20h30 dans la salle de cinéma.

Nos futurs, de Rémi Bezançon ♥♥♥♥♥
sortie le 22 Juillet 2015 


Dans la première demie-heure (la première heure ?) j'avais pleins de reproches à faire à ce film. Beaucoup se sont solutionner par la suite. Malgré tout, je n'ai pas accroché. Si la complicité entre Thomas/Pio Marmai et Yann/Pierre Rochefort est évidente, le scénario souffre d'une impression de déjà-vu doublé d'un manque d'implication du spectateur dans l'histoire.

Vu la thématique du film, je m'attendais à être envahie par une nostalgie profonde, un sentiment de tristesse ou alors au contraire une belle joie de vivre. Pour ma plus grande déception, rien de rien. Même dans cette scène finale où Yann (Pierre Rochefort) paraît libéré de cette culpabilité/cette souffrance qui le pesait depuis des années et l'empêchait d'avancer, je n'ai pas retrouvé ce qui m'avait plu dans d'autres films de Rémi Besançon. Car là où Le Premier jour du reste de ta vie et mine de rien, Un heureux évènement, avaient réussi à m'inclure dans l'histoire, Nos futurs garde le spectateur à distance et manque sa chance d'associer émotionnellement ceux qui le regarde. Lors du déroulement du générique de fin, j'étais nettement moins emballée que lors du générique de début et plutôt que de penser au film en lui-même je me suis fait la réflexion que la prestation de Mélanie Bernier me faisait, par effet de levier, accroître l'intérêt que je porte au jeu de Louise Bourgoin.

L'avant-première


Pour reprendre les mots d'un couple qui sortait de la salle devant moi "C'était minable". Service minimum. La rencontre de cette fin de séance était à l'image du film, sans enthousiasme, peu inspirée et totalement peu inspirante. La palme revient sans doute au réalisateur qui semblait ne pas vouloir du tout se prêter au jeu. Okay, c'était leur dernière date, Okay, ça doit être un poil chiant d'entendre les mêmes questions revenir (et souvent elles sont bien connes, je l'admets) mais allez quoi, un petit effort! En plus, il y avait de sympathiques questions du public comme celle de cette jeune femme qui demandait est-ce-que c'était compliqué de jouer des personnages qui, visiblement, étaient proches du caractère de l'acteur. Court, sans consistance, la seule chose que j'en retiens c'est un Pio Marmai qui faisait son show, un Rémi Besançon qui semblait vouloir expédier ça fissa et Pierre Rochefort qui tombe de sa chaise.

Posté par ElanorLaBelle à 11:34 AM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Avant-première: Nos Futurs

    Personnellement, j'ai d'abord été choquée (dans le mauvais sens, presque déçue) par le retournement de fin puis en repensant aux différentes scènes, je trouve ça vraiment bien fait et ça renforce l'intérêt du film. C'est juste que ce n'est pas du tout ce qu'on croit aller voir (je trouve que typiquement la bande-annonce est très trompeuse car par exemple, certaines remarques sexistes qui ont l'air assumées à 100% dans les extraits sont en fait identifiées comme graves au cours de l'intrigue), ni même ce qu'on croit voir et que c'est un peu déroutant quand on arrive à la fin.

    Après j'ai été à une avant-première et j'ai vu des échanges avant la sortie et j'ai ressenti la même chose que ce que tu décris : j'ai l'impression que Rémi Bezançon n'est pas très loquace et qu'il a du mal à parler de son travail. Beaucoup de questions que les gens posaient semblaient le prendre au dépourvu et on voyait que s'il avait pu répondre "oui" ou "non" sans développer, il en aurait été ravi! Donc je pense que c'est plutôt une question de personnalité

    Posté par Morgane D, samedi 25 juillet 2015 à 02:37 PM | | Répondre
    • Pour Rémi Bezançon, c'est possible, je comprends tout à fait que l'on peut ne pas être à l'aise pour répondre en détails. Cet échange a surtout renforcé l'impression que j'avais du film, quelque chose de fait un peu sans passion. Oui, le retournement final apporte une vision différente mais assez simple aussi, car on ne se retrouve qu'avec la perspective de Yann. Personnellement, le twist final m'a rendu le film trop facile, je préférais l'idée de futurs multiples et complexes, possibles grâce à la variété des personnages.

      Posté par ElanorLaBelle, samedi 25 juillet 2015 à 08:01 PM | | Répondre
  • Pas mal le film, 4 sur 5 pour ma part.

    Posté par Pierre R., samedi 25 juillet 2015 à 03:29 PM | | Répondre
Nouveau commentaire