dimanche 6 novembre 2016

Les charmants / Octobre 2016

Parce qu'en préparant mon bilan de l'été je me suis rendue compte que je répétais beaucoup des charmants, je vais désormais essayer de recentrer cette série sur des moments plus que sur des évènements. Ce mois-ci il a été très difficile de faire un choix: neuf instants de plénitude et de joie, c'est peu pour un mois qui a été riche en petits bonheurs du quotidien, en grands moments d'allégresse, en partage, en retrouvailles,... Du coup, il y a des choses que j'ai rassemblées dans une seule idée et d'autres que j'ai carrément décidé de détailler dans un billet séparé.

❝ As there was not always quite enough to eat, Benjamin used to borrow cabbages from Flopsy´s brother, Peter Rabbit, who kept a nursery garden. 

The Tale of the Flopsy bunnies

Octobre 20161

1. Balades automnales. Avec trois balades campagnardes ce mois-ci (4, 10 et 14 km) et une balade urbaine (5 km), j'ai pu profiter pleinement de l'automne comme je l'aime. A noter, un très bon pas sur la fin de celle de 14km pour ne pas arriver à la voiture trop tard et devoir rentrer les animaux de nuit (échec, on les a rentrés à la lampe torche. Une expédition qui s'est soldée par une quasi impossibilité de tendre mon bras droit durant deux jours "Ah oui, je comprends maintenant pourquoi j'ai mal! C'est quand le bouc a tiré sur la corde comme un malade hier")

2. La sortie entre copines à Brocéliande.  S. a une passion pour les légendes et la mythologie, et Brocéliande était donc sur sa liste de choses à faire tant qu'elle vivait en Bretagne. On s'était dit que la fin de saison estivale était le meilleur moment pour y aller, moins de touristes et plus de temps. Sauf qu'on n'avait pas prévu un paramètre: l'ouverture de la chasse. Du coup, lorsqu'on y est allées début Octobre, plusieurs sites étaient fermés. Qu'importe au final, parce qu'on a passé un très bon moment, on a bien ri à faire des photos délirantes un peu partout et surtout, on a vécu un moment dont on parle encore. Nous étions trois et à notre premier arrêt, on croise trois dames d'une soixantaine d'années. Elles s'en vont avant nous et on en profite pour pique-niquer. Une bonne heure plus tard (voir plus), arrivées à notre deuxième arrêt, on tombe sur le même groupe. On se regarde "Et si c'était en fait nous plus tard ? Et si en fait on venait de passer un truc temporel ?". On les observe mieux, on décide qui est qui. Troisième arrêt, à priori personne. "T'imagines si on les avait encore croisées ?". On marche un bon kilomètre aller, idem retour. On entre dans la voiture on démarre et... on recroise le même groupe. On se sourit, on lance un "vous nous suivez dit donc!" et on repart. On verra dans trente ans si c'était nous ;)

3. Séance photo dans un cinéma. A la toute, toute fin du mois, on est enfin allées voir Miss Peregrine et les enfants particuliers, la séance cinéma qu'on reporte depuis des semaines avec A. En arrivant, la salle était vide. Cette multitude de fauteuils rouges n'attendaient que nous et nos poses. Après plusieurs essais plus ou moins réussis, grosse déception lorsque quelques autres spectateurs sont arrivés. On n'a pas eu notre séance privée, mais au moins on a immortalisé A.en mode Men in Black.

4. Tester de nouvelles couleurs d'aquarelle. J'ai une palette d'aquarelle qui date de... je ne sais plus trop mais longtemps (j'aurais bien dit 20 ans) à laquelle il manque des couleurs. L'aquarelle c'était mon truc quand j'étais enfant. Puis je m'en suis lassée à l'adolescence et y suis revenue dernièrement. Si je ne l'utilise pas forcément très bien, c'est ce qui me permet de donner un peu de couleur à mes dessins.  J'ai donc rachetée quelques couleursCaput MortumRose Opéra, Violet Cobalt foncé et Ocre d'or dans un premier temps, puis gris froidgris sennelier et vert oxyde de chrome. Je n'ai pas encore eu beaucoup le temps de me familiariser avec ces dernières, mais j'envisage déjà d'acquérir d'autres couleurs, histoire de continuer cette palette personnalisée.

5. Se faire offrir des merveilles. Un matin, mon père s'est retrouvé à aller chiner dans des affaires qui traînaient dans un grenier et qui allaient finir à la déchetterie. Il a récupéré pas mal de petits bibelots de terre, de bois et de pierres, des boites en métal, de la vaisselle et un peu de mobilier. On intégrées mes possessions, une grande boite en métal magnifiquement décorée (bien qu'un peu usée par le temps), une grosse tortue en bois sculpté, un décapsuleur otarie, un petit bol décoré d'un paon, des mini panier-canard en osier et quelques autres petites décorations.

6. Les anniversaires. Octobre, c'est le mois des anniversaires de mon oncle et de mon frère. Pour l'occasion, j'ai fais deux charlottes (qui est définitivement mon dessert préféré dans sa forme biscuits cuillère, fromage blanc non sucré et fruits frais) une première s'inspirant de celle mangée au Castor Bellux à Dinard en début de mois, soit une charlotte à la poire accompagnée d'une sauce chaude au chocolat, la seconde à la mousse au chocolat et au café. Ai-je besoin de préciser que je me suis régalée ? Mais la gourmandise ne s'arrête pas là, car je suis allée rendre visite à mon frère la veille de son anniversaire pour que l'on puisse passer un peu de temps ensemble. Après une expo très moyenne sur les dinosaures à plumes et un distrayant passage à l'exposition permanente de l'espace des sciences, on s'est offert un assortiment de pâtisseries avec entre autre un Paris-Brest, une gourmandise que j'apprécie désormais, mais qui reste haï de mon frère (comment est-ce possible ??!) 

7. La lumière. J'ai passé le mois d'Octobre a faire une cure de lumière. Déjà, les rayons rasants du soleil + les couleurs chatoyantes de la végétation, ça donne une atmosphère particulièrement chaleureuse. Surtout, les arbres perdent leurs feuilles et donc ils laissent passer à nouveau la lumière entre leurs branches ce qui m'a permis d'avoir à nouveau des matinées et des fins d'après-midi lumineuses dans ma chambre: fermer les yeux et s'installer en tailleur sur son lit face aux rayons du soleil et profiter de la chaleur qui s'en dégage fut un de mes grands plaisirs du mois.

8. Créer du lien avec Enid. Lorsque les chatons ont commencé à marcher, j'ai décrété que le petit tigré serait "le mien" (façon de parler), parce que je me souvenais lorsqu'on l'avait trouvé tout petit devant la porte, à miauler car il n'arrivait pas à rejoindre sa mère (il rampait à peine et elle l'attendait un peu plus loin) on l'avait porté et à l'instant même où il avait trouvé place dans la paume de ma main, il s'était tut. C'était pour moi un signe. Le petit tigré s'est révélé être une petite tigrée et au bout de quelques temps j'ai du me rendre à l'évidence: c'était la plus sauvage de la portée. Enid donc, chaton mi-sauvage, était très difficile à approcher. Je me souvenais de Montolivo et de comment j'avais mis du temps à l'apprivoiser. Mais les semaines passaient et Enid était toujours très farouche. Et puis est arrivé ce soir où elle est entrée dans ma chambre en suivant ses frères. Puis cette nuit où je les ai retrouvés tous les trois sur mon lit. Puis les jours suivant où je la retrouvais pelotonnée entre les coussins. Elle est toujours craintive et demande à être approchée avec délicatesse, mais Enid la sauvageonne devient de plus en plus souvent Enid la câline, qui se faufile dans la chambre, s'installe entre moi et l'Ipad et se met à ronronner en posant sa tête sur mon bras et en essayant de capturer les images qui défilent devant elle.

9. Ramasser et cueillir des fruits. Enfant, je n'aimais pas trop ça, les châtaignes, les noisettes et les noix. Aujourd'hui, c'est tout le contraire! J'ai d'abord apprécié les noix et les noisettes, puis, alors que j'ai habitué mon palais à des associations sucrées-salées, les châtaignes sont devenues quelques chose que j'aime. Au plaisir d'en récolter, s'ajoute donc celui d'en manger. Et puis il y a les pommes qui tombent de ces nombreux arbres : si mon estomac n'est pas un grand amateur de ce fruit (je le digère plutôt mal) en revanche j'apprécie énormément le jus qui en est issu. Cette année, il est incroyablement parfumé: se servir un verre, c'est avoir une odeur de pommes qui embaume la pièce et le même goût qu'une pomme fraîche en bouche. Un délice.

✿✿✿

Et pour la touche réalité, parce qu'il y a des moments où ça va moins bien: Le départ de S., le retour des douleurs lorsque je reste assise trop longtemps, la voiture qui ne démarre plus (encore), une commande de pièces voiture rocambolesque, des moments de doutes sur mon mode de vie, la difficulté de retrouver un rythme de travail, le changement d'heure.

Posté par ElanorLaBelle à 10:03 PM - - Un thé, un café, une pâtisserie ? [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Bavardages sur Les charmants / Octobre 2016

Nouveau commentaire